Témoignages de parrains et de marraines

"Je m’engage pour un parrainage, non pas pour tranquilliser ma conscience."

Zwei Geburtskliniken, eine ZahnklinikZwei Geburtskliniken, eine Zahnklinik

Je suis marraine auprès de l’Armée du Salut parce que j’estime primordial que ma contribution n’aide pas seulement au bien-être matériel mais qu’elle serve aussi à transmettre la bonne nouvelle. De plus, je sais que l’Armée du Salut est une organisation qui utilisera mon argent à bon escient. Je m’engage pour un parrainage, non pas pour tranquilliser ma conscience mais pour témoigner ma reconnaissance pour tout ce dont je dispose et pour redonner un peu de ma richesse. J’ai tout ce dont j’ai besoin. En considérant ma richesse, ces 50 francs par mois représentent une bagatelle pour moi. Je suis de l’avis que ce sont les valeurs qui importent et non les possibilités financières. Chacun peut donner le montant qui lui est supportable.

Pour moi, le parrainage a aussi sa raison d'être pour des raisons tout à fait pratiques. Si j’effectue un versement mensuellement, je ne l’oublierai pas mais si, par exemple, je prévois de faire un don une fois par an, ce ne sera jamais le mois opportun, lors duquel j’aurai juste de l’argent « en trop ». Au début, j’ai trouvé dommage qu’il n’y ait plus de parrainage individuel. Je trouvais que ce serait quand même bien de pouvoir soutenir « mon enfant ». Aujourd’hui pourtant, je suis contente que ma contribution ne profite pas seulement à un enfant, mais qu’elle soit utilisée là où le besoin est le plus urgent.

 

 

Yvonne Burkhard, Gwatt


« Pourquoi est-ce que je ne devrais pas être solidaire ? »

Zwei Geburtskliniken, eine ZahnklinikZwei Geburtskliniken, eine Zahnklinik

Il y a plus de dix ans, un récit, relatant la situation politique et économique au Sri Lanka, avait paru dans une publication de l’Armée du Salut et m’avait profondément touchée. Depuis lors, je parraine des enfants de ce pays. Comme je suis salutiste, il est tout naturel pour moi de donner une partie de mon argent à l’Armée du Salut. Nous avons nous-mêmes deux enfants et n’avons pas de soucis financiers. Pour quelle raison ne devrais-je pas être solidaire et soutenir d’autres personnes dont la situation est moins rose ?

Je n’ai rien fait pour être née dans l’un des pays les plus riches de la terre. Je trouve qu’il est correct et professionnel que les contributions de parrainage ne soient pas allouées à un enfant en particulier mais plutôt à une institution. Les collaborateurs sur le terrain savent où l’argent est le plus nécessaire et où il peut être investi de la manière la plus sensée.

 

 

Cornelia Zürrer Ritter, Zürich


"La manne récoltée bénéficie à plusieurs enfants."

Zwei Geburtskliniken, eine ZahnklinikZwei Geburtskliniken, eine Zahnklinik

Lors d’une manifestation de Mission & Développement se déroulant à Berne, un médecin du Congo-Kinshasa nous a parlé de la situation sur place. Cet exposé m’a tellement bouleversé que j’ai ensuite voulu m’engager pour un parrainage. Je m’engage pour un parrainage auprès de l’Armée du Salut car je suis membre de cette organisation et je lui accorde toute ma confiance. Au travers de ce parrainage, je souhaite rendre une partie de ce que Dieu m’a donné. Nous pouvons nous permettre tellement de choses et beaucoup de ces choses constituent un luxe.

Cette contribution ne fait donc pas mal à mon porte-monnaie. C’est de bon coeur que je renonce à une part de mon bien-être pour que d’autres personnes aillent mieux aussi. A mon avis, l’avantage d’un parrainage est qu’il permet de soutenir financièrement un projet ou une institution de manière durable. En parrainant une institution, la manne récoltée bénéficie à plusieurs enfants.

 

 

Simon Pfister, Vienne 


1 Valable pour les livraisons dans le pays suivant : Suisse. Plus d'infos sur les délais de livraison dans d'autres pays ici : Conditions de livraison et de paiement

Actuel

L'Armée du Salut aide Haïti

après l'ouragan Matthew

Dons

Soutenez notre travail dans les pays du Sud par un don.

DE | FR | EN